De la musique arabo-andalouse au jazz

Amina Srarfi


C’est en 2010 qu’Amina Srarfi, virtuose violoniste d’origine tunisienne et première femme chef d’orchestre du monde arabe, publia son œuvre singulière dédiée à la valse et s’intitulant Les Belles Valses de la musique arabe. Cette recherche académique s’offrira au public international, en commençant par la Suisse, dès l’automne 2016, après avoir brillamment marqué la place musicale arabe. Amina Srarfi brosse dans son livre une synthèse de l’évolution d’une valse endogène adaptée par les musiciens arabes depuis le xxe siècle.

L’artiste est diplômée en musique arabe, avec un premier prix de violon, un DEUG en musicologie et un diplôme supérieur de littérature française (Paris-Sorbonne). Elle fait ses débuts professionnels dans l’enseignement, puis fonde et dirige le premier Conservatoire privé de musique et de danse, auquel elle donne le nom de son père, source de son inspiration, Kaddour Srarfi, illustre violoniste, compositeur et chef d’orchestre.

Décorée en 1993 du grade d’officier, en 2001 du grade de commandeur du Mérite culturel et du grade d’officier au titre de la République, puis en 2005 du grade de grand officier du Mérite culturel, Amina Srarfi milite à travers l’art pour préserver le rang de la femme tunisienne dans le monde. En proposant ses écritures à l’international, elle se place comme ambassadrice culturelle de la Tunisie.

Amina Srarfi aime surfer sur une musique qui élève et purifie l’âme, en la nourrissant de sa culture maternelle kabyle, insufflant ainsi au répertoire andalou un goût berbère bien particulier.

Amina Srarfi a donné le la aux formations musicales féminines en constituant son propre orchestre, El’Azifet, qu’elle a mené sur les scènes les plus prestigieuses du monde : Paris (IMA), Madrid (El Monumental), Rome (Auditorium), Londres (Royal Academy of Music), Le Caire (Opéra), Washington, New York (ONU), Amman (Festival de Jarash), Vienne (musée Royal), Japon, Séoul (Théâtre National), Tunis ( Festival International de Carthage)…

Avec son mari, le compositeur et saxophoniste Fayçal Karoui, elle a travaillé sur une nouvelle écriture de la musique arabe, en réactualisant le répertoire classique et en créant un répertoire propre à son orchestre.

Amina Srarfi a à son actif trois albums, et prépare en ce moment un spectacle de World Music qu’elle songe à jouer devant le public du Montreux Jazz Festival, en Suisse.




COMMUNEMAG REGIONS

Le magazine pour les collectivités et les entrepries locales

Dernières informations régionales, touristiques, politiques et artistiques en date.

STATIONSMAG

Vous emmène vers les plus beaux endroits du monde avec une vision nouvelle

Les plus grands hôtels, les endroits les plus branchés, les invités pionniers les pluss en vue, pour des lecteurs en quête d'exclusivité

EXPORTMAG

Le magazine des affairistes du monde entier

ExportMag est le guide indispensable des affaires

CommuneMag

Télécharger notre application pour découvrir le contenu 3D caché derrière les textes et les images.