chirurgie-esthetique

Les injections de PRP : plasma riche en plaquettes pour la stimulation de la repousse des cheveux.



Le PRP se compose d’une suspension de plaquettes dans du plasma. Il est obtenu par une prise de sang, puis une ou deux centrifugations, pour séparer par différence de densité les éléments du plasma, et ainsi avoir une concentration plaquettaire supérieure à la concentration sanguine de départ.

Le rôle physiologique des plaquettes est de participer à l’hémostase, c’est-à-dire à stopper un saignement. En ce qui concerne le PRP, l’effet recherché est la richesse en facteur de croissance qui contribue à une amélioration de la trophicité des tissus avec une meilleure cicatrisation et un rôle anti-inflammatoire.

Utilisé depuis plusieurs années dans des spécialités aussi diverses que la chirurgie orthopédique, viscérale ou vasculaire, il est de plus en plus pratiqué en chirurgie ou médecine esthétique pour son action sur la cicatrisation, la peau ou les cheveux.

Le but est amélioré la trophicité des tissus, et dans le traitement de l’alopécie féminine ou masculine. Des études scientifiques sont pratiquées régulièrement pour prouver l’action positive des injections de PRP. L’action recherchée est la stimulation de la repousse des cheveux et le renforcement des follicules pileux.

Le principe est donc de réaliser une prise de sang, à peu près 10 ml, pour le centrifuger et recueillir le maximum de facteur de croissance plaquettaire. C’est une technique autologue, c’est-à-dire produit du patient pour lui-même, réduisant ainsi les risques de complications, à type de granulome ou réaction à corps étrangers ou érythème persistant.

Le substrat ainsi obtenu peut être injecté soit de façon superficielle, de type mésothérapie pour un effet d’amélioration de l’éclat de la peau, de la texture et de la souplesse, soit de façon plus profonde au niveau du derme pour une action sur le bulbe pileux ou sur le visage une action structurante voir volumatrice en combinaison avec d’autres traitements.

Le PRP contient de nombreux facteurs de croissance (PDGF, TGF-B, IGF, EGF, VEGF), qui ont un rôle important dans la réduction de l’inflammation, la stimulation de l’angiogenèse et la synthèse de collagène de type III, par des mécanismes de fixations sur les membranes des cellules (fibroblastes, endothéliales, de l’épiderme) qui activent la synthèse de nouveau constituant. Des études scientifiques sortent régulièrement prouvant l’utilité de cette technique.

Pour un meilleur résultat, le protocole se décompose en 3 séances de 2 à 4 semaines d’intervalles chacune. La préparation aux injections est simple, avec le respect d’un interrogatoire et d’un examen clinique, pour écarter les rares contre-indications ou la prise de médicaments intervenant dans la formule sanguine par exemple. Le prélèvement et les injections sont faits de façon stérile pour éviter tous risques d’infections dans des conditions d’aseptie stricte. Les injections ne sont pas particulièrement douloureuses, une rougeur peut survenir dans les suites.

L’injections de facteur de croissance plaquettaire ou PRP est donc un traitement en plein essor dans de nombreuses spécialités y compris en esthétique.

texte: Docteur Bertrand Mercadier
www.dr-mercadier.ch


COMMUNEMAG REGIONS

Le magazine pour les collectivités et les entrepries locales

Dernières informations régionales, touristiques, politiques et artistiques en date.

STATIONSMAG

Vous emmène vers les plus beaux endroits du monde avec une vision nouvelle

Les plus grands hôtels, les endroits les plus branchés, les invités pionniers les pluss en vue, pour des lecteurs en quête d'exclusivité

EXPORTMAG

Le magazine des affairistes du monde entier

ExportMag est le guide indispensable des affaires

CommuneMag

Télécharger notre application pour découvrir le contenu 3D caché derrière les textes et les images.